Pourquoi ne faisons-nous pas un travail que l'on aime ?

Ne trouvez-vous pas cela étrange que l'éducation ne nous aide pas à découvrir par soi-même, un travail que l'on aime faire ?

Combien de gens ont hâte aux fins de semaine, aux vacances, à leur retraite ?

Combien de gens ont perdu toute motivation, toute initiative, tout espoir en obéissant aux autres ?

Avez-vous réfléchi sérieusement à cette situation, à votre vie, à faire quelque chose que vous aimez ?

 

 

Pourquoi ne fait-on pas un travail que l'on aime ?

 

C'est une question d'une extrême importance, n'est-ce pas ?

Car si vous faites ce que vous aimez, vous êtes libre et vous avez la capacité, la joie, l’initiative de faire un travail avec une grande passion sans avoir peur des gens, sans avoir peur de perdre quelque chose et sans avoir peur de l'échec.

 

Observez l'éducation telle qu'elle est

Si vous êtes aux études, cet environnement est en train de vous détruire en vous imposant des valeurs et des idéaux qu'on vous oblige à adopter pour votre avenir, pour un travail futur.

Vos systèmes d'enseignement vous proposent des cours ou des formations afin d'obtenir un emploi, une profession, un travail, une entreprise, bref, pour gagner votre vie.

Si vous croyez que votre raison d'être est de gagner votre vie, vos enseignants ont raison, car pour gagner, il faut nécessairement des perdants, des inférieurs et alors, vous allez passer toute votre vie dans la peur de faire partie des perdants, d'être étiqueté comme des perdants. La compétition et la comparaison seront votre fardeau de tous les jours en cherchant à devenir meilleur que les autres et ainsi diviser les relations par des conflits, des disputes et des guerres.

Mais si vous croyez que votre raison d'être est de créer la vie que vous choisissez et sentir en vous, la liberté, la joie et l'amour de faire un travail que vous aimez, alors votre éducation actuelle n'a pas de sens. La coopération et les bonnes relations seront votre joie de tous les jours.

 

Observez vos enseignants tels qu'ils sont

Observez les professeurs et les gens qui travaillent dans le milieu de l'éducation. Est-ce que vous voyez des êtres humains avec une passion, une joie, un enthousiasme débordant concernant leur travail ?

Observez sans jugement ni critique ni comparaison.

Sentez-vous qu'ils vous traitent comme si vous étiez des êtres humains inférieurs, comme des gens de moindre importance ? Ne divisent-ils pas les relations ?

En vérité, c'est cela qu'il faut comprendre, qu'il faut observer avec attention et non leurs idéaux qui n'existent pas dans votre réalité.

Vous devez comprendre "ce qui est" et non ce qui devrait être (leurs idéaux). Car ce qui devrait être n'est pas la vérité. C'est une invention d'un esprit qui a peur, peur de voir les choses et les gens tels qu'ils sont en se cachant dans le idéaux.

Comprendre l'éducation, c'est observer ce qui est, sans la déformer avec les idées de ce qu'elle devrait être.

 

Pourquoi l'éducateur ne vous aide pas à prendre conscience de ce que vous aimez faire ?

Comment découvrir ce que vous aimez vraiment faire avec autant de chose que vous voulez faire et en étant entouré de gens qui n'aiment pas ce qu'ils font ?

Pourquoi l’éducateur ne vous aide pas à prendre conscience de ce que vous aimez faire et ainsi choisir un travail que vous allez aimer durant toute votre vie ?

N'est-ce pas leur responsabilité de vous enseigner, de vous guider ?

Est-ce que vos professeurs, vos orienteurs, vos leaders, vos administrateurs, vos politiciens et tous ces gens reliés de près ou de loin concernant votre éducation, votre façon de penser, n'ont jamais pris conscience de faire un travail qu'ils aiment eux-mêmes ?

Ne sont-ils pas prisonniers, pris dans un profond sommeil, à faire un travail qu'ils n'aiment pas ?

Ont-ils découvert eux-mêmes, ce qu'ils aimaient faire ou ils ont plutôt continué l'école sans se soucier de cet aspect important de la vie et ainsi faire un travail sans aucune passion ni joie ?

Observez bien ces gens et vous remarquerez qu'ils ont tous un point en commun, ils évitent de prendre soin des autres ou des choses, de faire des actions aimables. Ils cherchent plutôt à contrôler les gens au moyen des mots afin qu'ils se plient à leurs ordres et ainsi croire qu'ils sont puissants.

Tant que vous allez croire qu'il y a des êtres humains supérieurs et plus votre vie sera vécue dans l'isolement et la peur, non dans l'unité et l'amour.

 

Le problème de l'imitation

Votre éducation vous a conditionné l'esprit à imiter, à avoir les mêmes réponses qu'eux et ainsi ne pas penser par vous-même. C'est plus facile ainsi, à vous manipuler en fonction de leurs intérêts et vous faire croire que ce sont les vôtres.

Examinez cela attentivement.

Vous allez à l'école et vous vous dites, que vous allez étudier par exemple, la comptabilité, car ce travail pourrait être intéressant et ainsi gagner votre vie convenablement.

Vous suivez une longue formation et arrive l'examen final. Vous le passez ainsi que 500 autres personnes, qui ont maintenant le titre de comptable.

Dans la société, il y a 500 nouveaux comptables qui arrivent et ainsi créer une plus grande compétition. Mais vous êtes tous pareils, car jamais il ne vous vient à l'esprit d'être différent des autres, d'offrir quelque chose de différent des autres.

Vous luttez alors entre vous, car vous êtes semblables comme comptables et pour décrocher un emploi, vous cherchez à prouver que vous êtes le meilleur et que l'autre est inférieur.

Une question essentielle demeure. Aimez-vous ce travail ?

Vous tous allez répondre "oui" rapidement, mais sans faire un examen de votre conscience, de voir si cela est vrai, et savez-vous pourquoi ?

Tout simplement pour vous donner raison, comme on vous l'a appris dans cet enseignement, qui met l'importance sur le fait de gagner pour ne pas perdre la face, avoir tort.

L'imitation est le produit de la compétition et crée l'indifférence, donc vous n'êtes pas différents des autres comptables, vous êtes des imitateurs.

Et pour être différent, vous devez ne pas imiter les autres comptables, donc d'avoir une véritable passion de faire ce travail.

 

L'amour de faire n'a pas de motif ni d'objectif

Tout motif a nécessairement un but et un objectif en vue, un idéal, n'est-ce pas ? Et pour découvrir le but, vous devez vous poser une question comme par exemple, pourquoi faites-vous cela, dans quel but ? Et pour découvrir l'objectif, vous devez vous poser une question comme par exemple, quelle preuve évidente avez-vous pour mesurer cette réalité ?

Selon l'enseignement reçu :

  • Vous allez à l'école pour un motif, dans le but d'apprendre et avoir un diplôme.

  • Vous allez au travail pour un motif, dans le but de travailler et avoir de l'argent.

Tout cela est facile à comprendre, il n'y à rien de compliquer.

Ce qui est compliqué est de vous obliger à suivre, à imiter ce processus, ce but (apprendre ou travailler) et à obtenir un objectif (diplôme ou argent).

Cette obligation produit un conditionnement dans votre esprit qui crée une profonde croyance que vous allez défendre ou attaquer, lorsque quelqu'un a un différent point de vue à ce sujet.

Jadis, les gens croyaient que la terre était plate... et cela a produit une croyance, non à cause que cela était vrai ou faux, mais bien parce qu'un grand nombre de personne le croyait.

 

L'amour de faire n'est pas de faire quelque chose pour être aimé, apprécié, reconnu

Voyez-vous, l'amour n'a aucun motif, n'a aucune poursuite. L'amour n'est pas une idée à faire ni un objectif à avoir.

L'amour n'est pas ce que vous faites pour obtenir quelque chose des autres, mais bien ce que vous êtes dans vos relations avec les autres.

Vous faites les choses par amour et non pour un motif, pour obtenir quelque chose des autres comme par exemple, leur amour, leur reconnaissance, leur appréciation, leur gloire, leur respect, le pouvoir, etc.

N'est-ce pas cela qui cause tant de problèmes dans notre monde ? On ne fait pas les choses par amour, mais bien pour obtenir de l'amour ?

Ainsi, ce qui compte est de faire un travail que vous aimez, que vous êtes totalement conscient, libre d'aimer et par la suite de lui donner le sens que vous désirez, une fois que vous savez parfaitement, que vous aimez faire cela.

Si vous oubliez de découvrir par vous-même, ce que vous aimez faire, alors vous allez croire que ce que vous faites, vous l'aimez. Tout comme les gens qui croyaient que la terre était plate. Tout comme vos enseignants, vos leaders, vos politiciens, vos parents, etc.

Pourquoi j'écris des articles de conscience et de relation ? Pourquoi j'aime ce travail ? Tout simplement parce que j'aime ça.

Et pourquoi j'aime ça ? En vérité, cette question est une habitude des gens qui ne sont pas conscients de ce qu'est l'amour, de ce qu'ils sont, car ils cherchent des raisons, des motifs... là où il n'y en a pas !

 

Faire ce que vous aimez n'est pas la même chose que de faire ce qui vous plaît !

Une des choses les plus difficiles à comprendre est celle de voir la différence entre ce que nous aimons faire (notre passion) et ce que nous avons le plaisir de faire (divertissements, activités ou distractions).

La passion est une joie permanente dans ce que nous faisons comme travail tandis que le divertissement est une réaction inconsciente de fuir une vie monotone, ennuyante et non créative.

En apparence, ces deux choses se ressemblent beaucoup, mais intérieurement, elles sont différentes.

Par exemple, vous pouvez dire que vous avez une passion pour le golf, mais cela est un divertissement afin de fuir un travail monotone, routinier et ennuyant.

Par exemple, vous pouvez dire que vous aimez votre travail, mais cela pourrait être une façon de fuir l'ennui de votre vie de couple.

Par exemple, vous pouvez dire que vous aimez votre travail pour bien paraître au devant des autres, mais pourtant, vous avez hâte aux fins de semaine, aux vacances, à la retraite.

 

La passion de faire n'est pas la reconnaissance

De plus, beaucoup de personnes croient qu'elles ont une passion pour leur travail, mais en vérité, cela est une forme d'échappatoire d'une vie non créative en recherchant la reconnaissance des autres dans un travail. Par exemple, les politiciens, les sportifs, les vedettes, les leaders, etc.

Ils ont un motif de satisfaction tandis que la véritable passion n'a pas de motif.

La joie de la véritable passion est dans ce que l'on est et fait afin de créer du bien-être aux autres et à soi-même. La fausse passion est dans ce que l'on fait et reçoit des autres pour une satisfaction personnelle, sans égard au bien-être des autres et de soi.

Dans ces deux contextes, un est conscient de son état d'être et celui des autres tandis que l'autre n'a aucunement conscience, a oublié, l'état d'être.

Et être n'est possible que dans la relation. Être est une fonction de l'âme tandis que faire est une fonction du corps.

Par exemple, si vous avez comme motif d'être reconnu comme une grande personne, comme une personne importante, alors cela n'est pas une passion, mais une obsession pour avoir du pouvoir, pour avoir de l'amour, pour avoir de l'appréciation, pour avoir du prestige.

Vous ferez alors des choses afin de réaliser cela et vous ne serez pas conscient de créer des problèmes importants dans les relations, car au départ, vous n'êtes pas conscient des états d'être. Vous avez un motif.

La véritable passion n'a pas de motif venant de l'esprit, donc des idéaux, mais est une passion sans motif. C'est prendre soin des gens ou des choses, sans avoir à l'esprit un retour, des conditions ou des échanges.

L'amour est un éternel début et non une fin dans une idée. Si vous oubliez cela, alors votre début est une peur inconsciente et vous produirez les conséquences de cette peur.

Toute action humaine est initiée soit par l'amour ou soit par la peur. Vous n'avez pas d'autre choix, mais vous pouvez choisir entre les deux.

Consciemment par l'amour et la liberté de choix ou inconsciemment par la peur, par la réaction apprise des autres sans aucun choix.

 

Comprendre ce que l'on n'aime pas faire

Un travail que l'on n'aime pas est toujours quelque chose d'imitatif, d'obligatoire et d'idéaux imposés des autres.

Un travail que l'on n'aime pas a toujours un motif dans notre esprit pour obtenir quelque chose des autres dès le commencement.

Un travail que l'on n'aime pas est toujours quelque chose que vous voulez faire et non ce que vous choisissez de faire en toute conscience et liberté.

Un travail que l'on n'aime pas est souvent observé par ces nombreux désirs de divertissements, de distractions, de solutions échappatoires.

Un travail que l'on n'aime pas est toujours identifié par un grand désir d'avoir hâte aux fins de semaines, aux vacances, à la paye et à la retraite.

Un travail que l'on n'aime pas est toujours contraint par des problèmes de temps, d'argent, de reconnaissance et de pouvoir sur les autres.

Votre éducation vous a rendu paresseux avec votre esprit et alors, vous cherchez des réponses toutes faites pour vous faire dire quoi faire ou ne pas faire. Ainsi, vous devenez la personne que les autres ont voulu que vous soyez !

Il n'y a aucune motivation possible ni aucune initiative ni aucune croissance dans l'obéissance, la peur et la culpabilité.

 

Comment découvrir ce que l'on aime faire ?

Tout simplement en sachant exactement ce que vous n'aimez pas faire et comprendre sans jugement, l'éducation telle qu'elle est et qui ne fonctionne pas pour découvrir votre passion.

Ainsi, la réponse jaillira de vous et non de moi ni des autres ni de vos parents.

Nous tous, avons été conditionnés à chercher des solutions chez les autres au lieu de prendre conscience que cela est en nous.

Certes, il est pratique de trouver certains solutions ou idées chez les autres, mais concernant une chose d'une extrême importance pour nous, comme de découvrir ce que l'on aime faire comme travail, alors vous devez le comprendre et le trouvez vous-même.

Avez-vous remarqué combien vous êtes motivé, passionné, courageux de faire les choses qui viennent de votre esprit et peu motivé quand elles viennent des autres ?

 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.