La vengeance n’est pas la justice, peu importe qui juge


Si la vengeance n'est pas une bonne chose, pourquoi elle l'est pour les systèmes de justice ? Heureusement, la vengeance que j'avais fut remplacée par la joie de créer du bien-être !


Je regardais toutes ces "victimes" et j'avais de la compassion pour elles !

Je regardais toutes ces "méchantes personnes" et j'avais aussi de la compassion pour elles !

Les "victimes" avaient des blessures physiques et psychologiques tandis que les "méchantes personnes" avaient été blessées sentimentalement ou émotionnellement avant de réagir...

En vérité, pour moi, il n'y a pas de victimes ni de méchantes personnes, peu importe les crimes commis, il n'y a que des créateurs qui ont oublié qui ils sont en se faisant éduquer et juger par des gens qui ont oublié qui ils sont.

Ces gens qui font la propagande de la justice sans aucune conscience.

Par conséquent, me venger ou utiliser la justice pour me venger n'est pas quelque chose de très intelligent ni de très aimable, car cela augmente les blessures dans les sentiments des gens.

Heureusement, la vengeance que j'avais fut remplacée par la joie de créer du bien-être !

 

La vengeance n'est pas la justice

 

Il n'y a aucune raison de me venger

Tant et aussi longtemps que je n'avais pas l'intention de comprendre les conditions qui donnaient envie, qui incitaient les gens à faire ces actions malveillantes à mon endroit, je n'évoluais pas, car je portais un jugement sur les résultats (physique et matériel) en utilisant ma raison.

Cette raison qui me faisait croire que la vengeance était une forme de justice pour faire payer les autres de ce qu'ils m'avaient fait à mon corps physique qui comprend aussi mon mental (code criminel) ou à mes biens matériels (code civil).

Ma raison n'est pas ma conscience, elle ne voit pas et ne comprend pas que toute chose qui existe a été créé par un processus créatif qui est l'être humain. Si je n'ai pas l'intention de comprendre ce processus, l'être humain que je suis, alors je n'évolue pas en conscience et je demeure accrocher à une croyance qui ne fonctionne pas pour bien vivre ensemble.

 

Je suis le responsable de tout ce qui m'arrive

En vérité, je n'acceptais pas et je ne comprenais pas que si l'autre m'avait fait quelque chose, c'est qu'au départ, mon comportement, donc ma façon d'être avec lui a été blessante ou offensante...

Ai-je oublié d'être attentif à mes sentiments et ceux des autres avant de dire ou faire quelque chose ? Étais-je uniquement concentré sur mes désirs ?

Par conséquent, je suis responsable d'avoir incité l'autre à me faire du mal physiquement ou matériellement, car j'avais oublié de ne pas lui faire du mal sentimentalement ou émotionnellement.

L'autre a oublié la règle d'or ; Ne fais pas aux autres ce que tu n'aimerais pas que les autres te fassent.

Mais j'ai oublié d'intégrer la règle d'or bien avant lui ; Aime ton prochain comme toi-même !

 

La vengeance engendre la vengeance

Si la vengeance n’est pas une bonne chose, pourquoi elle l’est pour les systèmes de justice ?

Si je ne peux pas me faire justice moi-même, pourquoi alors un juge le peut ?

La justice n’est pas une conclusion à la suite d’un acte, car ce genre de justice produit la vengeance et la vengeance produit encore plus de vengeance en oubliant les sentiments des êtres humains.

La véritable justice est un état d'être juste dans une relation en étant conscient des états d'être de moi et l'autre avant de faire quelque chose.

Si je suis conscient et que j'ai l'intention de comprendre mes sentiments et ceux des autres dans une relation avant de dire ou faire quelque chose, alors je suis juste, peu importe nos intentions.

Mais depuis ma naissance, personne ne m'a fait prendre conscience que je suis une âme avec des sentiments. On m'a conditionné à croire que je suis un corps.

Voilà la profonde erreur qui a produit et continue de produire des connaissances fausses ou des connaissances incomplètes depuis des générations concernant la justice et la vengeance.

 

Choisir un état d'être juste, l'intégrer consciemment et souvent dans mes relations

Lorsque quelqu'un me dit ou me fait quelque chose qui touche mes sentiments, me blesse, alors je choisi d'être juste en posant une question à la personne pour mieux la comprendre.

Comprendre son sentiment et comprendre son intention, au lieu de réagir en créant un conflit par l'argumentation, la négation, le jugement, l'attaque ou la peur.

Immédiatement, mon sentiment mal se transforme en sentiment bien. C'est magique !

En fait, l'autre personne veut quelque chose de moi, mais a oublié que j'ai la liberté de choix, car elle veut imposer sa volonté sans obtenir ma permission.

Pour lui faire prendre conscience que cela ne fonctionne pas, alors je lui montre un autre point de vue facile à comprendre en la mettant à ma place et moi à sa place. J'utilise exactement la même situation et je lui demande comment elle se sent !

Sans un autre point de vue, alors il n'y a pas de choix de penser ni d'agir autrement.

Finalement, ma plus grande joie est de l'expérimenter souvent dans ma vie, quand l'occasion se présente, afin de voir la réaction de l'autre qui se transforme en personne juste, donc selon sa vraie nature.

La vengeance est alors remplacée par la joie !

 


Claude Lasanté

 


   


Lectures suggérées