Savoir dire non est bien, offrir la liberté de dire non est mieux !


Offrir aux autres la liberté de dire non est probablement la meilleure façon d'obtenir un oui sans résistance ni conflit !


Je vois tous ces petits enfants recevoir des ordres des adultes.

Je vois tous ces gens autoritaires voulant le pouvoir ou le contrôle sur les autres.

Et je me vois être comme tous ces adultes inconscients de mes comportements qui ne font que diviser les relations par la peur et la culpabilité, au lieu de les unir par l'amour et la compréhension.

Je suis, aujourd'hui, très reconnaissant de comprendre mes habitudes, car je me suis aperçu qu'il existait un choix plus élevé que j'avais oublié.

Celui de laisser la liberté aux gens de dire non à mes demandes et ainsi, probablement, réussir à les faire agir par choix libre, par amour.

 

Savoir dire non

 

Les habitudes de contrôler les gens

Lorsque des milliards d'adultes se comportent comme des gens qui donnent des ordres et sont autoritaires, il est difficile d'avoir conscience qu'il existe d'autre façon d'être dans les relations... et ainsi produire de profondes croyances qui nous empêchent d'évoluer...

J'ai souvent donner des ordres à mes enfants et aux autres, quand j'étais un patron, car je ne m'observais pas dans mes relations, je n'observais pas mon comportement ou ma façon d'être.

J'imitais en croyant que cela fonctionnait.

Je me croyais supérieur à mes enfants ou aux employés, donc je les traitais injustement, et cela divisait les gens, au lieu de les unir.

Sans m'en rendre compte, je construisais une barrière...

Ainsi, le contrôle sur les gens et la supériorité sont en vérité, ce que l'amour n'est pas, ce que je ne suis pas.

Dans une relation où existe une forme d'autorité, il ne peut y avoir d'amour, car la personne qui se croit supérieur cherche à imposer son autorité par obligation, par le jugement ou par l'intimidation, non par la liberté de choisir.

 

Un choix moindre pour faire un choix plus élevé

Lorsque je voulais quelque chose, je m'attendais à recevoir un "oui", car j'étais en position de contrôle, d'autorité, mais en vérité je devais lutter ou forcer en utilisant la peur, la culpabilité, les conditions et certaines ruses pour y arriver...

Les conséquences dans mes relations et dans l'ensemble de ma vie devenaient de plus en plus conflictuelles et problématiques. Je devenais de plus en plus en colère et cela n'était pas bon en moi.

En fait, je me suis trompé, mais ce choix moindre était important, car faute de choix, je ne pouvais pas faire un choix nouveau, un choix plus élevé.

En acceptant et en comprenant que forcer les autres à dire "oui" à mes demandes ne fonctionnait pas pour être bien (moi et l'autre), alors une curieuse idée est entrée en existence dans mon esprit.

Une idée qui ne venait pas de mon esprit, mais probablement de mon âme.

Cependant, il me fallait l'expérimenter afin d'en sentir les effets et ainsi découvrir si cela fonctionnait ou non pour bien m'entendre avec les gens !

 

Offrir à l'autre le choix de dire non

L'idée fut de poser une question à l'autre concernant ma demande, donc d'avoir sa permission et ajouter ensuite une phrase finale en lui disant que c'est très bien de me dire non...

Je devais l'expérimenter avec mes enfants d'abord, car c'était plus facile. Ainsi j'ai demandé à ma fille :

Est-ce que tu pourrais ranger ta chambre s'il te plaît, mais tu peux me dire non, car il n'y a aucune obligation ni condition, uniquement une occasion ?

Quelle fut ma surprise de voir ma fille sourire et aller ranger sa chambre sans aucun effort ni résistance...

Évidemment, elle aurait pu ne pas ranger sa chambre, mais lorsqu'elle aurait entré dans sa chambre, je suis presque certain qu'elle aurait encore dans son esprit, la conscience de ranger sa chambre, car je ne lui ai pas ordonné ni obligé.

 

Et si l'autre ne m'offre pas la liberté de dire non...

Comment je réagis, quand les autres ne m'offrent pas la liberté de dire non ?

Je leurs apporte un nouveau point de vue en les mettant à ma place et moi à leur place.

Comment tu te sens si je t'ordonne de faire la vaisselle et que tu n'as pas envie ?

Comment tu te sens si je te demande si tu peux m'aider à faire la vaisselle et que j'ajoute que cela n'est pas une obligation et que tu peux me dire "non" ?

Que vous me croyez ou non, cela n'a aucune importance, car ce qui compte pour moi est l'évolution de ma conscience.

Pour moi, savoir dire non n'a aucune valeur pour mon bien-être et celui des autres, mais savoir faire prendre conscience aux autres d'un autre point de vue est ce qui apporte de la valeur.

Si quelqu'un est en position d'autorité envers moi, lui dire "non" n'est pas ce qui va améliorer mes relations avec lui, mais lui apporter un autre point de vue est probablement un choix plus élevé.

 


Claude Lasanté

 


 

   


Lectures suggérées