Être généreux avec les autres n'est pas une ruse pour être reconnu


Il n'y à rien à perdre à être généreux, sauf si j'ai à l'esprit de vouloir une certaine reconnaissance, une certaine gloire ou grandeur au devant des autres !


Oui je sais, la générosité est quelque chose de grande valeur.

Elle l'est, lorsque son action est choisie librement en toute conscience et sans avoir à l'esprit un retour sous forme de reconnaissance, de gloire, d'adulation, de s'élever sur les autres ou en cherchant une certaine image publique !

Est-ce que la véritable générosité est de vivre dans les attentes des autres pour se sentir bien ou être bien, peu importe s'il y a une forme de reconnaissance ou de remerciement en retour ?

 

Être généreux avec les autres

 

Les attentes comblées causent une profonde habitude de supériorité qui divisent la relation

Je ne me suis jamais arrêté pour prendre conscience de mes intentions à vouloir être généreux envers les autres.

En fait, on m'a conditionné l'esprit à me faire croire que le plus grand amour était d'être généreux envers les autres.

On m'a souvent dit de m'oublier, mais en vérité, j'avais inconsciemment à l'esprit, le fait de recevoir une certaine reconnaissance afin d'être perçu comme une personne importante, une personne non égoïste qui donne beaucoup.

Lorsque mon image de grandeur était satisfaite par la reconnaissance des autres, alors je me sentais glorifié, adulé et important. Je pouvais ainsi me comparer avec les autres que je voyais moins importants, moins reconnus.

Sans m'en rendre compte, je divisais la relation entre moi qui est plus important que les autres par ma générosité et ceux qui le sont pas ou le sont moins.

La comparaison avec les autres est un profonde habitude qui détruit l'unité dans mes relations, car elle m'empêche d'évoluer en conscience en oubliant de me comparer avec moi-même de façon consciente !

 

Les attentes non comblées causent des inquiétudes qui se transforment en peur

Mais lorsque je ne recevais pas de reconnaissance des autres ou des remerciements suite à mes actions généreuses, mon esprit trouvait injuste de ne pas avoir un retour pour moi.

Ainsi, quand je recevais de la reconnaissance, je n'étais pas conscient de mes intentions, mais quand je ne recevais pas de reconnaissance, alors j'étais très conscient de mes véritables intentions...

En vérité, je voulais avoir de la reconnaissance des autres et j'avais des attentes en retour qui me rendaient malheureux, si je ne recevais pas des remerciements ou des bons mots pour ma générosité.

Par conséquent, mes attentes non comblés me faisaient réagir en m'inquiétant et ces inquiétudes créaient en moi, la peur de perdre quelque chose si je ne recevais rien en retour.

Cette peur bloquait toute action généreuse sauf si j'étais certain de recevoir de la reconnaissance, de la gloire, de l'adulation, des compliments, de l'appréciation ou de la satisfaction en retour.

 

La générosité n'a aucune attente en retour ni attirer l'attention sur soi

Ainsi, il m'apparaît évident que la générosité, telle que nous la connaissons, est une profonde habitude qui a été inventée par les gens riches et les gens au pouvoir afin de recevoir de la gloire en retour, de la reconnaissance en retour, de l'appréciation en retour.

Lorsque nous avons besoin d'être reconnus des autres, c'est qu'au départ, nous n'avons aucune conscience de se connaître et ainsi compenser en allant en manque vers l'extérieur de soi.

Je me suis trompé dans mes intentions et actions généreuses, car je n'ai jamais eu d'autres choix que d'imiter mes prédécesseurs qui n'étaient pas conscients que les attentes en retour causaient tellement de problèmes et de divisions.

Aujourd'hui, je suis conscient d'offrir un comportement généreux et aimable envers les autres sans avoir à l'esprit, une forme de retour provenant de la personne qui reçoit et de faire l'action sans que personne me regarde, sans attirer l'attention sur moi.

 

Je suis né généreux comme tous les autres

Je suis conscient que mon bonheur vient de ma façon d'être et non des autres.

Cela ne veut pas dire que je n'aime pas recevoir de la reconnaissance des autres, cela veut dire que je n'ai pas besoin de leur reconnaissance et si quelqu'un reconnaît ma générosité, alors cela est une surprise pour moi sans vouloir l'exposer en public afin d'en retirer de la gloire pour me croire plus important.

Mon sentiment de grandeur vient de moi-même envers moi-même, non des autres, non d'avoir à l'esprit une certaine reconnaissance d'eux, car ainsi je vis dans les attentes qui me rendent malheureux si l'autre ne me donne rien en retour.

Je suis né généreux et tous les jeunes enfants le sont, mais certains adultes m'ont obligé de l'être par la peur, la culpabilité et l'obéissance afin de satisfaire leurs désirs égoïstes et inconscients, au lieu de me laisser la liberté de l'être par choix en me montrant l'exemple.

Je donne sans avoir des attentes de recevoir, car l'action de donner (ce que les autres veulent bien, selon leur âme) m'apporte de l'amour et de la joie en moi !

 


Claude Lasanté

 


   


Lectures suggérées