Faible estime de soi : 5 obstacles à comprendre absolument


Vouloir de l'estime de soi sans connaître les croyances qui empêchent de la comprendre est une chose insensée !


 

 

Faible estime de soi

 

Jadis, les gens croyaient que la terre était plate.

Et ils tuaient ceux qui avaient un autre point de vue !

L'autorité en place, ceux qui exerçaient le pouvoir ou le contrôle sur les gens, les obligeaient à connaître leur version des faits au moyen de la peur et ainsi produire des croyances souvent bizarres.

Ils disaient : "Regardez les faits, vous voyez bien que la terre est plate !"

 

En vérité, les faits peuvent être différents selon le point de vue de l'observateur, selon l'endroit d'où il regarde ou selon l'imagination qu'il pense.

 

Quand un grand nombre de gens ont la même croyance, il est très difficile pour vous, de ne pas y croire.

À partir des croyances, souvent fausses, vous ajoutez ou vous accumulez toute sorte de connaissance pour prouver que la terre est plate et ainsi augmenter vos certitudes et y croire de plus en plus.

Il ne vient jamais à l'esprit des gens "croyants" ou des gens "instruits" ou des gens "au pouvoir", que tout ce qu'ils croient vrai pourrait être faux ? Et que tout ce qu'ils croient faux pourrait être vrai ?

Par conséquent, est-il possible que ce sont vos croyances imposées des autres, qui vous empêchent justement, d'avoir de l'estime pour vous ?

Voici donc, les 5 plus profondes croyances observables que vous devez comprendre concernant l'estime de soi afin de voir si elles fonctionnent pour vous.

 

1. Croire les autres concernant l'estime de soi et ainsi douter de vous

Trop de gens ont joué et ont contrôlé votre mental depuis votre naissance afin de vous forcer à croire en eux et ainsi perdre confiance en vous, perdre votre pouvoir.

Voilà pourquoi, vous cherchez par habitude apprise, des informations chez les autres concernant l'estime de soi ou tout autre domaine à votre sujet, au lieu de regarder en vous !

Votre point de vue est identique à tous en allant en manque vers l'extérieur de vous, car ces croyances ne sont pas les vôtres.

Ne serait-il pas préférable pour vous, de choisir et créer vos propres croyances ? De comprendre par vous-mêmes afin de voir si elles vous servent ou non ?

D'expérimenter vos choix et respecter vos sentiments, quand votre expérience est différente de ce que les autres croient ?

Mais plus vous faites confiance aux autres et plus vous perdez la vôtre...

 

2. Croire l'enseignement actuel sur l'estime de soi et ainsi oublier votre capacité de penser

Le véritable enseignement ne consiste pas à vous faire entrer des choses en vous, de vous dire quoi penser au sujet de l'estime de soi, mais de vous faire remarquer que ces informations sont en vous et ont toujours été en vous...

Il suffit de vous en faire prendre conscience par choix libre !

Évidemment, cela va à l'encontre de l'enseignement, n'est-ce pas ?

Ici, je ne fais pas mention des connaissances techniques ou pratiques comme bâtir un pont, apprendre une langue ou étudier la comptabilité. Je parle de connaissance de soi.

Ce genre d'enseignement veut que vous arriviez aux mêmes réponses qu'eux, aux mêmes conclusions, non de trouver vos propres réponses et ainsi vous accaparer de votre pouvoir de penser.

En vérité, si les informations ne se trouvent pas en vous, alors les gens deviennent l'autorité de votre vie et ainsi vous contrôler pour assouvir leur faible estime d'eux.

Cependant, n'êtes-vous pas envahi par un grand sentiment dans l'âme, lorsque vous trouvez vos propres réponses et l'envie de vouloir expérimenter cela ?

Ainsi, le véritable enseignant ou le véritable maître n'enseigne pas, il cherche à ce que les gens prennent conscience que l'information se trouve déjà en eux, de leur faire remarquer cela avec un autre point de vue différent de tous les autres.

De leur faire remarquer que la terre a une différente forme compte tenue du point de vue d'où nous la regardons.

Le véritable maître ne cherche pas l'autorité, la supériorité ni le pouvoir sur les gens, mais bien de partager le pouvoir.

Ce qui compte est de savoir comment penser et non quoi penser !

 

3. Croire que le jugement permet de connaître ce qu'est l'estime de soi et ainsi fermer votre esprit

Le jugement tue votre capacité de penser, votre capacité à connaître quelque chose, et ainsi croire les autres, par la peur et la culpabilité, à propos de l'estime de soi ou toute autre chose importante dans votre vie.

Comment pouvez-vous connaître ce qu'est la lumière, si vous niez l'existence de ce que la lumière n'est pas, donc l'obscurité ?

Est-ce une démonstration de quelqu'un qui a l'esprit ouvert ou bien fermé ?

Est-ce que les enseignants vous ont obligé de croire leur version en vous faisant sentir coupable au moyen du jugement ? De ne pas les remettre en question en leur posant justement, des questions pour mieux comprendre !

Ce sentiment de culpabilité vous fait-il du bien ou du mal ? Vous fait-il craindre les gens ou bien les aimer ?

Comprenez-vous la question ?

En niant l'existence de l'obscurité ou en la jugeant de mal, vous ne pouvez connaître la lumière. Sans possibilités de choix, il est impossible de faire un choix.

Par conséquent, est-ce possible que ce que vous croyez concernant l'estime de soi, soit en réalité, son contraire en l'absence de choix ?

Le jugement n'est pas la conscience, l'un vous maintient prisonnier et l'autre vous libère des chaînes !

 

4. Croire que l'autorité a raison au sujet de l'estime de soi et ainsi donner tort aux autres

Avoir raison pousse les gens à défendre leur croyance et attaquer les autres qui ont un différent point de vue.

Vouloir gagner la bataille ne l'élimine pas, elle donne naissance a plus de batailles !

Ceux qui ont du pouvoir, ceux qui détiennent une certaine forme d'autorité, donc ceux qui ont la force physique ou qui contrôlent les gens au moyen des besoins de survie ou des besoins d'amour, peuvent arriver à leur fin et avoir le dernier mot afin que vous croyez en eux.

Regardez sur Internet, vous verrez des millions d'articles écrits par des gens, des connaisseurs ou des experts concernant l'estime de soi.

Cela complique les choses et crée de la confusion.

Chacun cherchant à enseigner aux autres et à montrer qu'ils ont la meilleure idée, la meilleure solution pour avoir plus d'estime de soi, mais jamais ils ont la conscience de vouloir comprendre comment le manque d'estime ou le manque de conscience a pris naissance.

Ils connaissent tout de la vie, sauf la leur !

C'est curieux, n'est-ce pas ?

 

La complexité n'est pas un signe d'évolution, c'est la simplicité qui l'est, car il est très difficile de créer quelque chose de simple à comprendre !

 

Personne ne parle de création de soi, du processus qui produit l'estime de soi, car l’enseignement est fondé sur l’imitation des croyances des autres, sur les conclusions des autres, qui ne sont que des résultats dans la réalité.

Votre volonté et votre capacité à ne pas avoir raison est un signe d'une très grande intelligence !

 

5. Croire aux résultats et oublier le processus qui crée l'estime de soi

Vos croyances sont fondées sur la préoccupation des résultats, sur les conclusions des autres, qui ont autorité sur vous et qui ne sont pas conscients de l'existence d'un processus qui mène aux résultats.

Vous êtes et je suis ce processus !

Notre nature est de créer, mais nous l'avons oublié par ces croyances imposées qui nous obligent à imiter.

L'estime de soi n'est pas une action, mais le résultat, la conséquence naturelle à propos d'un processus de création.

Si le processus utilisé est celui de l'imitation, alors l'estime de soi est impossible, car elle ne peut grandir, ne peut évoluer vers des états d'être plus magnifiques, plus grandioses.

Ces nouveaux états d'être sont des nouveaux sentiments qu'éprouvent votre âme.

Pour lancer ce processus de création, la confiance en soi est essentielle et dans bien des cas, les gens ne voient pas la différence entre estime de soi et confiance en soi.

 


 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.