Pouvons-nous être heureux sans avoir besoin d’amour des autres ?


Lorsque j'ai commencé à m'accepter tel que je suis et non ce que je devrais être, un curieux sentiment de bien-être s'est mis à exister en moi !


Quel sentiment magnifique d'être aimé, être reconnu ou apprécié des autres !

Quel grand bonheur, quelle grande estime personnelle, quel grand amour propre, que de voir notre valeur humaine confirmée et élevée par les autres !

Cependant, lorsque nous perdons ce bonheur, des réactions insensées, nuisibles et malveillantes se manifestent en nous et des conséquences terribles peuvent se produire dans nos relations !

Heureusement, il y a un choix plus élevé, un chemin différent pour être heureux sans dépendre, sans avoir besoin de l’amour et la reconnaissance des autres !

 

 

Être heureux sans besoin d'amour

 

Suis-je seul à s'être trompé concernant l'amour ?

Toute ma vie, j'ai cherché à me faire aimé, à être reconnu et à devenir ce que les gens voulaient que je sois.

En vérité, je n'ai pas réussi et je me suis souvent retrouvé à vivre des moments inquiétants, des peines profondes et des situations éprouvantes.

Suis-je le seul à vivre cela ?

Suis-je le seul qui voulait bien paraître au devant des gens, tout en cachant mes sentiments malheureux ?

Des pertes d'emploi, des séparations de couple, un divorce difficile, des pensions alimentaires, des enfants sans aucune envie de me voir, des parents indifférents, un frère et une sœur invisibles, des amis qui m'ont laissé tomber et des injustices financières.

Comme exemple de réussite, on repassera !

Mais lorsque j'ai commencé à m'accepter tel que je suis et non ce que je devrais être, un curieux sentiment de bien-être s'est mis à exister en moi !

 

Est-ce que vous vous posez cette question ?

La question pour savoir si nous pouvons être heureux sans avoir besoin de l'amour ou la reconnaissance des autres n'est pas banale, car la plupart des êtres humains se la posent dans leur moment difficile, je crois !

La question ressemble plutôt à : Que devons-nous faire pour que nos relations se déroulent sans inquiétudes ? Y-a-t-il une façon pour arrêter cette douleur, une fois pour toute ?

Est-ce que vous vous posez ces questions ?

En tout cas, je me suis posé ces questions fréquemment, surtout pendant mes moments malheureux qui me rongeaient l'intérieur !

J'ai compris que pour me libérer de cette vie difficile, je devais ne plus suivre le même chemin que des milliards de gens.

Ces gens qui utilisent les êtres humains pour les mauvaises raisons, pour obtenir quelque chose et ainsi créer une profonde croyance que c'est ainsi que la vie devrait être.

Le problème n'est pas d'être aimé ou être reconnu, mais bien le besoin aux autres qui nous empêche d'être libre et heureux, peu importe si les autres nous aiment ou nous reconnaissent.

Aujourd'hui, je suis reconnaissant d'avoir vécu ces nombreux problèmes qui furent mes meilleurs guides pour être plus sage, plus conscient, mais il n'est pas nécessaire de vivre une crise cardiaque pour savoir que cela ne fait pas de bien.

 

Mon bonheur n'est pas un résultat à obtenir

J'ai compris que mon bonheur n'était pas un résultat de ce que les autres m'apportaient, mais bien une création consciente et continuelle qui m'apporte du bien-être d'abord et ensuite aux autres.

De me donner la première place !

Vous savez, j'ai cru longtemps que dans l'amour, nous devons nous oublier !

On m'a tellement fait croire de mettre les autres à la première place, donc une tactique égoïste pour eux, d'obtenir de moi, ce qu'ils voulaient !

Toute ma vie, on m'a enseigné qu'il valait mieux donner que recevoir.

Avez-vous aussi écouté tous ces gens bien intentionnés, mais mal informés ?

En vérité, je ne peux donner ce que je n'ai pas. Voilà pourquoi s'aimer d'abord et se connaître est si important, et pourquoi il est si malheureux de mettre les autres en première place.

En d'autres termes, je dois offrir aux autres, ce que je veux pour moi et ainsi faire l'expérience de l'avoir. Non de l'attendre des autres et vivre des inquiétudes ou le recevoir des autres et avoir peur de le perdre.

Mais la plupart des gens vont douter, tout comme moi auparavant, de cette façon de vivre et savez-vous pourquoi ?

Nous croyons profondément qu'il y a des gens méchants dans ce monde et que nous sommes des victimes.

Par conséquent, nous voulons les juger, les punir, les condamner, les blesser, les violenter, les terroriser, les détruire et même les tuer pour ce qui nous arrive dans notre vie, pour les malheurs dans notre vie.

Tout cela pour obtenir vengeance, pour se faire justice, car c'est à cause d'eux si nous ne sommes pas heureux ou reconnus, n'est-ce pas !

Mais est-ce que la justice est un résultat après une action ou bien un état d'être avant une action ? Être juste n'est-il pas d'être conscient de soi et de l'autre ?

 

Il n'y a pas de victimes ni de méchantes personnes dans ce monde !

J'en ai voulu aux gens, à la société et à tous ces systèmes qui m'ont contrôlé afin de devenir ce qu'ils voulaient que je sois par la peur et la culpabilité.

J'ai toujours pensé que les gens étaient mauvais, mais je me suis trompé !

Partout dans le monde, les conclusions sont définitives : Les êtres humains sont mauvais, c'est leur nature !

Rien n'est plus éloigné de la vérité !

Nous ne sommes pas des résultats, nous sommes ce qui créent les résultats !

En fait, je me suis aperçu que les gens ne sont pas mauvais, ils sont inquiets, ils ont peur de perdre ou ont perdu quelque chose d'essentiel à leur bonheur.

Cette pensée, inquiète et craintive, crée en nous un sentiment mal et si nous réagissons sans choix à partir de ce mal, alors nous produisons des conséquences malheureuses aux autres, qui a leur tour, réagiront inconsciemment à se venger de nous, à nous blesser.

Nous ne verrons même pas le lien entre nos pensées craintives, nos paroles accusatrices et nos actions malveillantes qui ont produites des sentiments mal aux autres, qui ont ensuite réagi en nous offensant ou nous blessant.

Par conséquent, je ne suis pas une victime et il n'y a pas de mauvaises personnes dans notre monde. Il y a juste des créateurs qui s'expriment sans être conscients d'eux et de leur pouvoir de création !

Et cette inconscience se produit, quand nous sommes uniquement attachés aux résultats et non au processus qui crée les résultats !

 

Sommes-nous conscients que nous sommes des créateurs ?

Nous sommes des créateurs conscients qui marchent éveillés dans la vie ou des créateurs inconscients qui marchent endormis !

C'est vraiment le seul choix que nous avons, mais nous sommes libres de choisir de créer entre les deux.

En étant conscients de nos sentiments ainsi que ceux des autres avec qui nous sommes en relation, nous créons des relations heureuses pour nous et l'autre.

En étant inconscients de nos sentiments, il est impossible d'avoir conscience des sentiments des autres, nous créons des relations heureuses ou malheureuses sans s'en rendre compte.

Si nous ne sommes pas conscients de ce choix, alors par défaut, nous abdiquons selon l'inconscience du groupe, donc de la société par habitude transmise, par la peur d'être différent.

Nous imitons des imitateurs !

Cette inconscience transmise est le besoin d'être aimé ou reconnu afin d'être heureux... et non d'être heureux d'abord en s'aimant et aimant les autres.

Pouvons-nous accepter notre choix moindre sans chercher à le corriger, mais à le comprendre sans jugement et ainsi libérer une nouvelle conscience, un nouveau choix plus élevé en nous ?

Le bien-être n'est pas une chose personnelle, mais une chose relationnelle !

 

Que dois-je créer pour que mes relations se déroulent sans inquiétudes ni souffrances ?

Ce besoin d'être aimé ou être reconnu est un choix moindre, car nous croyons que la relation est le seul moyen à faire pour être heureux et alors, on cherche à contrôler les gens, à les retenir, les obliger à obéir et ainsi produire des conflits.

Mais la chose la plus destructive n'est pas de perdre ce bonheur, mais bien de ne jamais le perdre et ainsi vivre dans une profonde habitude de supériorité, de raison, de favoritisme, de grandeur qui crée des injustices et de l'indifférence...

Plus nous accumulons d'amour et de reconnaissance des autres, plus nous en voulons et plus nous croyons être des gens importants, meilleurs que les autres !

Il existe un choix plus élevé et c'est en offrant aux autres ce que nous voulons pour nous, que nous nous libérons de nos inquiétudes, nos dépendances et nos souffrances.

Offrir, c'est choisir de créer et réaliser quelque chose qui compte vraiment à soi et aux autres !

Cependant, nous oublions la nature des gens et croyons qu'ils ne sont que des images ou des corps à notre service. Et si nous oublions la nature des autres, c'est qu'au départ, nous ne sommes pas conscients de notre véritable nature.

C'est dans nos moments malheureux, que la vie prend tout sons sens et non dans les habitudes confortables qui nous endorment dans une vie de satisfaction, de sécurité et de supériorité sans s'en rendre compte !

 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.

 


 


Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.