Faisons-nous l’erreur de se soucier des résultats et non du processus ?


Lorsque l'on porte un jugement sur la réalité, sur les résultats, alors on vit dans la peur et l'inconscience, peu importe notre niveau d'éducation et notre âge.


Avons-nous oublié, par l'enseignement des autres nés avant nous, que la réalité est uniquement un résultat, une conséquence d'un processus de création ?

Avons-nous oublié, que ce processus de création n'est pas uniquement au niveau du faire, mais débute au niveau de l'être, de notre conscience d'être ?

Pouvons-nous être conscient de soi, si nos choix, nos expériences et nos résultats sont constamment jugés et contrôlés par les autres ?

Est-ce que ces blessures empêchent de faire un nouveau choix et ainsi vivre sous l'approbation des autres pour ne pas se détester ?

 

 

Les résultats et le processus

 

Acceptons que le jugement ne fonctionne pas pour évoluer en conscience

Avons-nous oublié, qu'en l'absence de liberté de choix, donc du jugement, de la peur et de l'obéissance, nous ne pouvons pas être conscients de l'existence de ce qu'est un choix au niveau de l'être ?

Est-ce que la joie se situe dans la liberté de choisir nos expériences, de voir qu'elles n'ont pas fonctionnées et ensuite pouvoir choisir de nouvelles décisions jusqu'à la réalisation afin de sentir en nous, notre fierté, notre grandeur ?

Mais si nous sommes jugés par les autres, que certains résultats sont mauvais, alors pourquoi parler de liberté de choix, quand justement, nous pouvons être jugés, punis et blessés d'avoir choisi librement quelque chose ?

N'y a-t-il pas une forme d'hypocrisie ou d'inconscience ?

Est-ce que nous croyons que la cause est uniquement au niveau du "faire" et ainsi oublier l'élément le plus important du processus en cause, soit "l'être" ?

 

Prendre conscience de la liberté de choix

Ce n'est pas en lisant des livres, des articles ou en écoutant des gens que nous pouvons prendre conscience de ce qu'est la liberté de choix.

Au contraire, plus nous cherchons à accumuler des mots pour définir la liberté de choix afin de se donner raison et plus nous créons un conditionnement en nous, de croire que nous la savons sans vraiment la connaître.

C'est lorsque nous voyons dans notre réalité et que nous percevons dans notre imagination ce que la liberté de choix n'est pas, que l'autre état d'être entre en existence dans notre conscience.

Cela entre sans que les autres cherchent à nous l'imposer, donc en toute liberté.

Notre habitude d'apprendre de plus en plus est utile pour connaître quelque chose à faire, mais pour prendre conscience de quelque chose à être, le processus est complètement différent.

Accumuler des mots ou refaire constamment les mêmes expériences empêchent la possibilité de choisir autre chose dans notre conscience, car nous sommes concentrés sur une seule chose.

 

Les choix d'être, peu importe ce que l'on fait

Lorsque nous ne sommes pas conscients que la vie n'a pas de but ni de sens, sauf celle que l'on choisi soi-même, alors nous cherchons chez les autres, un sens à la vie ou cherchons à prouver aux autres, que nous savons quel est le sens de la vie.

Par conséquent, la vie devient pour nous un enfer, car il n'y a pas de liberté de choix, en s'imposant des attentes concernant des résultats qui nous rendent malheureux et des jugements qui nous éloignent de notre bonheur.

En acceptant que la vie n'a pas de sens sauf celle de choisir soi-même les états d'être que nous voulons créer et expérimenter afin de sentir qui nous sommes, alors un curieux sentiment de grandeur se produit sans chercher la gloire chez les autres.

Il suffit ensuite de continuer ce processus, car il est sans fin.

Cependant, ce processus arrive à sa fin, lorsque l'on vit en ignorant ce processus.

 

Maintenant vous ?

Quels sont vos sentiments qui résonnent le plus avec ce qui est écrit ? Laissez-moi vos commentaires pour mieux écouter vos inquiétudes.

 


 

Auteur entrepreneur de plusieurs contenus éditoriaux de sites Web et fondateur d'entreprise. C'est la vérité qui libère et non les efforts qu'on fait pour se libérer.